Je suis nulle… j’ai tout raté !

Voilà le genre de phrase qu’on se dit parfois. Et ce jugement sur nous-mêmes nous enfonce encore un peu plus, ajoutant à la réalité une rumination négative et stérile, qui entame notre estime de soi. On se sent petit et bête.

Dans ma pratique j’utilise la Communication Non Violente, qui vous invite à être bienveillant avec vous-mêmes. C’est bien plus utile mais loin d’être facile !

honte-ours-polaire

La première chose à faire, pourtant, quand on a fait une action qu’on regrette, c’est de se donner de l’empathie et du réconfort. L’empathie, c’est de se mettre à l’écoute de soi, sans jugement. Laisser sortir toutes les émotions, écouter toutes les petites voix à l’intérieur :

  • celle qui est déçue d’elle-même, de ne pas avoir été à la hauteur.
  • celle qui regrette la situation car les conséquences ne sont pas agréables, voire carrément inconfortables.
  • celle qui voudrait recommencer en se donnant une nouvelle chance, car elle a encore espoir d’y arriver !
  • celle qui est triste d’avoir fait de la peine à quelqu’un
  • celle qui est en colère contre la situation ou contre quelqu’un

Bref, s’écouter et découvrir ce qui se passe à l’intérieur, se comprendre. Comme on le ferait avec un ami ou un enfant.

Et du réconfort parce qu’en général on est triste, déçu, on se sent impuissant, plutôt minable.

Mais pourquoi se réconforter alors qu’on a été mauvais ? Parce que c’est la seule façon de s’encourager, de se donner une chance d’y arriver, une prochaine fois.

S’en vouloir ne fait que nous freiner encore davantage dans notre capacité d’évolution et nous empêche de tirer parti de la situation : un échec nous apporte un enseignement et pour le voir, on a besoin d’être soutenu, encouragé, certainement pas d’être critiqué, jugé, dévalorisé.

La vie est un apprentissage permanent alors… autant intégrer le plus tôt possible que cela passe forcément par des essais-erreurs. Pour tout le monde.

Si vous n’arrivez pas à être bienveillant avec vous-même, je vous invite à venir en parler car c’est une des principales qualités que je eux vous apporter : un accueil inconditionnel de ce que vous êtes, aujourd’hui, avec vos qualités et vos limites, votre potentiel d’évolution et vos doutes. Non vous n’êtes pas nul !

 

Frédérique Bricaud – Gestalt Paris 15 – Psychothérapie