La psychothérapie, un travail sur soi ?

Pourquoi parler de travail ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Que recouvre ce terme ?

C’es quoi « faire un travail en psychothérapie » ?

C’est être actif

Quand on décide d’aller voir un psy, on est actif, on n’est pas passif. C’est quand même à noter : on est déjà dans une démarche, à la recherche de « solution » et c’est à valoriser.

C’est ce premier élan que nous allons soutenir ensemble, encore et encore, sur la durée. Car après ce premier pas il faut continuer à marcher et c’est parfois long, parfois monotone. Et parfois agréable et valorisant aussi, heureusement !

Le processus de la thérapie requiert un engagement, une adhésion, presque de la foi. On va chez son psy, parce que la séance est prévue, planifiée, et l’on s’y tient. Même si, ce jour-là, ça nous demande un effort, car on préfèrerait aller se promener ou rester chez soi. On accepte de venir, de faire confiance au processus. C’est comme ça que ça va marcher. C’est pour ça que ça va nous transformer.

En ce sens on est actif et persévérant. On se soutient soi-même en gardant le cap, en continuant le chemin commencé, pas après pas. Et le psy est là aussi, il tient, lui aussi.

C’est être acteur

Vous êtes responsable de ce que vous faîtes de ce temps pour vous, de ce que vous dîtes et de ce que vous taisez, à chaque fois.

ça n’est pas la même chose si je n’ose pas, si je déforme, si j’enjolive, si je me répète, si je me défile…  Ou si je tente d’être authentique, d’être lucide, de me dévoiler, si j’accepte d’être déstabilisé, de douter, de m’interroger avec courage…

Le thérapeute accompagne, guide, réconforte, soutient, encourage, questionne, confronte parfois, mais il n’a pas tout pouvoir. La thérapie ne repose pas que sur lui et c’est tant mieux !

C’est une demande de prestation

Il est vrai que, pour le psy, il s’agit bel et bien d’un travail, c’est son métier et vous le choisissez pour cela, pour qu’il mette ses compétences à votre service. Vous allez alors contribuer, ensemble à utiliser ce temps pour qu’il s’y produise des choses, moyennant rémunération, dans une forme de contrat, un cadre, des règles, des conditions négociées. Il n’y a pas de produit fini à livrer, mais il y a une transformation à engager, à soutenir, à entretenir : la vôtre et celle du lien qui va se tisser et qui va « déteindre » sur votre vie, votre quotidien.

C’est être passif, laisser travailler à l’intérieur

Chaque séance est un pas, un caillou blanc sur le chemin. Parfois ça vous bouscule et vous sentez que « ça avance ». C’est évident, ça fait « tilt ».

Parfois non. Vous avez l’impression que rien ne se passe, que rien ne s’est dit d’intéressant, rien de nouveau en tous cas. Mais il ne se passe jamais RIEN. Car même ce « rien » est signifiant de quelque chose et un jour ou l’autre on va en parler, justement, et cela va bouger, se révéler, se débloquer.

C’est étrange mais c’est vrai : il « suffit » de venir et de se raconter et d’être écouté pour que cela change déjà quelque chose.

Mais il faut bien l’admettre, en toute humilité : ni vous ni moi n’avons le contrôle total de la situation ! On commence par observer et rester là et s’étonner et en parler jusqu’à ce que… tournant autour du pot, il finisse par s’ouvrir… Peut-être que l’image d’une fleur qui s’ouvre  d’une malle au trésor serait plus porteuse…

ça travaille aussi entre les séances

Il ne se passe pas rien, d’une fois sur l’autre : le processus continue.

ça travaille comme on travaille la pâte à pain, en la malaxant, auquel cas c’est un peu actif. Parce qu’on repense à la séance, on y réfléchit, des liens se font, on observe des comportements qu’on n’aurait pas vus auparavant, chez soi-même ou chez les autres. Notre regard se transforme, s’affine.

Parfois aussi, ça travaille « tout seul » comme on dirait du bois qu’il travaille : à notre insu, de façon mystérieuse…  c’est plus passif, plus souterrain.

Un peu comme une femme enceinte : on ne voit presque rien de l’extérieur, hormis la rondeur, mais il se passe tant de choses à l’intérieur pour préparer la naissance ! Notre inconscient s’active, s’émeut, s’ébroue, s’emballe, se rebiffe. Bref, ça vit !

C’est une activité qui rapporte

Tout travail mérite salaire ou du moins récompense. Et ce sera le cas : vous allez en tirer des bénéfices et c’est à vous que vous le devrez !

Vous êtes même fortement invité à définir ce que vous en attendez, ce que vous souhaitez pour vous-même, à quels changements vous aspirez, quelle direction vous souhaitez donner à votre vie, vers quoi se porte votre intérêt, votre investigation. Qu’est-ce qui est prioritaire pour vous aujourd’hui et pour votre futur ? Qu’est-ce qui vous manque ? Qu’est-ce que vous voulez voir changer ? Comment vous avez envie de devenir ?

Vous n’avez pas à « répondre à ces questions », mais elles sont sous-jacentes, elles vont s’inviter à un moment ou un autre. Car la démarche que vous entreprenez vous amène à vous rencontrer, à vous redéfinir, à vous interroger sur le sens de votre vie. C’est une démarche spirituelle, qui peut vous amener loin.

Quoi qu’il en soit, on y trouve forcément quelque chose, même si ça n’est pas ce qu’on pensait y trouver…

C’est un apprentissage

Plus qu’un travail, je dirais que je vois ce parcours comme une découverte de soi, une meilleure connaissance, avec plus de conscience. On apprend et cela sous-entend de remettre en question certaines idées erronées : on doit faire le deuil de vieilles croyances, d’illusions, de faux espoirs… pour les remplacer par une autre vision du monde, plus réaliste, plus ajustée à la réalité d’aujourd’hui.

Se remettre en situation d’apprentissage et accepter de ne pas savoir et de faire des erreurs, de trébucher, encore, au même endroit. Et c’est là qu’être soutenu est crucial : grâce à ce compagnon de route que vous avez choisi (oui je parle du psy), qui garde la foi dans le processus en cours et qui a confiance en vous, vous allez passer le cap sans vous décourager.

Et comme dans tout apprentissage, la notion de travail affleure, plus ou moins fortement.

C’est un voyage

Un voyage qui change notre regard sur soi, sur la vie, sur le sens même de la vie.

C’est un bout de voyage qu’on vient faire avec quelqu’un qui nous accompagne, qu’on retrouve et qu’on quitte à chaque séance. C’est accepter de repartir chez soi avec des questions et pas forcément de réponse…

Car la réponse viendra sans doute plus tard ou bien c’est la question qui se transformera… dans tous les cas on sera en mouvement et c’est ça qu’on vient chercher : se reconnecter au mouvement de la vie en soi.

Je vous souhaite un passionnant voyage…